menu

Le gaz à bas pouvoir calorifique : Les Pays-Bas ferment la vanne.

Vous l’avez peut-être déjà lu ou entendu : Les Pays-Bas ferment progressivement les vannes d’exportation de gaz. Cela signifie que les Pays-Bas mettront un terme à l’approvisionnement de la Belgique en gaz. Mais pas de panique ! Nous aurons toujours la possibilité de chauffer nos maisons et de préparer nos omelettes avec du gaz naturel. Sauf que, nous devrons importer notre gaz d’autres pays tels que la Norvège, le Qatar ou la Russie. Qu’est-ce que cela signifie pour vous et pour votre facture de gaz ? Nous avons fait la recherche pour vous.

Du gaz pauvre au gaz riche

La composition du gaz n’est pas la même partout. Le gaz que nous importons des Pays-Bas est un gaz pauvre appelé aussi gaz à bas pouvoir calorifique. Bien sûr, cela ne veut pas dire qu’il est vraiment pauvre, mais que sa composition a une valeur énergétique légèrement inférieure à celle d’un gaz «riche» ou à haut pouvoir calorifique. La pression contenue dans les tuyaux – afin que ce gaz puisse nous parvenir – est également différente. Le gaz que la Belgique importera dans le futur de la Norvège, du Qatar ou de la Russie est un gaz à haut pouvoir calorifique. Nous devrons donc effectuer la transition, région par région, du gaz pauvre actuel au gaz riche. En plus, le réseau de gaz pauvre devra être contrôlé et adapté pour pouvoir y transporter le gaz à haut pouvoir calorifique.

Quelles régions sont concernées et quand se fera la transition ?

Le passage vers le gaz riche et les délais diffèrent d’une commune à une autre. La plupart des communes sont situées en Wallonie, dans le Brabant flamand, à Bruxelles, à Anvers et au Limbourg. Il y figure un planning provisoire indiquant chaque région avec sa date de transition prévue. Votre Gestionnaire de Réseau de Distribution ainsi que votre fournisseur vous informeront lorsque c’est au tour de votre région. Vous aurez donc suffisamment de temps pour vous préparer.

Que devrais-je faire ?

Pour la plupart d’entre nous, il n’y a absolument aucun problème. Les équipements modernes fonctionnent avec les deux types de gaz. Toutefois, si vous disposez d’une chaudière à gaz datant d’avant 1978 ou achetée à l’étranger, vous devrez peut-être changer cet appareil. Vous aurez besoin d’un installateur qualifié ou d’un technicien pour contrôler votre équipement et l’adapter à la nouvelle norme. Astuce : Faites-le au même moment que le contrôle périodique de votre chaudière par exemple. Selon votre région, votre Gestionnaire de Réseau de Distribution enverra, également, un technicien pour adapter votre compteur de gaz.

Devrais-je payer plus pour mon gaz ?

Vous ne payerez pas plus pour votre consommation de gaz. Le prix reste le même, même si le gaz est soudainement devenu riche. Le prix que vous payez maintenant est calculé à base de la quantité d’énergie que vous recevez de votre gaz. Le calcul sur votre facture peut être un peu différent, mais le montant que vous devrez payer restera identique.

Pourquoi ce changement ?

Nous aurions pu commencer cet article de blog en expliquant le ‘pourquoi’ de ce transfert, mais nous vous l’expliquons à la fin. Le voici. La raison pour laquelle nous devons bientôt passer du gaz pauvre au gaz riche est le fait dramatique que la réserve de gaz aux Pays-Bas est presque épuisée. Les sources fossiles s’assèchent. Oui, et ça commence maintenant. Par conséquent, tout le monde travaille de façon acharnée au développement d’infrastructures durables.

Où puis-je trouver plus d’informations ?

Sur le site www.legazchange.be, vous trouverez de nombreuses informations sur le passage du gaz pauvre au gaz riche. Vous y trouverez également un outil pratique qui vous indique à quel moment c’est au tour de votre région.